cure-thermale-psychiatrique-saujon-actualités

Le lâcher-prise, un concept thérapeutique de l’anxiété ?

Une expérimentation menée par Les Thermes de Saujon

 

Évaluer le lâcher-prise et l'amélioration clinique des curistes

 

L’équipe médicale des Thermes de Saujon, station spécialisée dans les troubles anxieux, a réalisé une étude visant à évaluer l’influence de la détente et du lâcher-prise pendant la cure thermale sur l’évolution des signes cliniques à court et moyen terme.

Cette expérimentation a permis de définir pour la première fois quel était le niveau satisfaisant du lâcher-prise et de valider la corrélation entre détente pendant la cure et l’amélioration clinique des curistes sur l’anxiété, la douleur (nombre de points et intensité) la qualité du sommeil et l’asthénie.

L’action thérapeutique de la cure thermale se manifeste donc prioritairement par l’accès au lâcher-prise si difficile à obtenir chez ces patients anxieux dans le cadre de leur vie quotidienne. Ces résultats offrent également des pistes de réflexion pour optimiser les conditions favorables à un meilleur lâcher-prise pendant la cure.

 

Le stress, tel que défini par Hans Selye, l’un des premiers chercheurs à s’y intéresser, est l’association de 3 facteurs. Un agent stresseur, une relation biologique et une réaction psychologique de stress.

A Saujon, la cure thermale, permet de se soustraire aux facteurs de stress, de bénéficier des effets sédatifs des soins thermaux prodigués au corps, de travailler sur ses comportements et réactions par une approche psychoéducative. Il faut concevoir cette cure comme une immense séance de relaxation de 3 semaines.

 

Lâcher-prise-thermes-de-saujon

 

 

Les objectifs de l’étude sur le lâcher-prise

Cette étude a été réalisée à partir d’un échantillon de 27 patients évalués sur une période de 4 mois après la cure.

 

Les objectifs :

  • Étudier les niveaux de détente des curistes et leur évolution au cours de la cure afin de proposer une définition du lâcher-prise pouvant être utilisée d’une manière standardisée.
  • Étudier l’évolution des signes cliniques : anxiété, fatigue, tension intérieure, troubles de concentration et de la mémoire, troubles sensoriels, …
  • Explorer les effets de l’atteinte d’un certain niveau de détente lors des soins thermaux quotidiens sur l’amélioration clinique à court et moyen termes (en fin de cure et 4 mois après).
  • Identifier parmi les caractéristiques socio-économiques et les antécédents des curistes des facteurs pouvant influencer l’accès au lâcher-prise.
  • Proposer des pistes d’amélioration de l’offre pour mieux répondre aux besoins des curistes

 

Les outils d’évaluation utilisés ont fait appel, d’une part, à des techniques standardisées et publiées dans la littérature pour l’échelle HAD évaluant l’anxiété et la dépression et, d’autre part, à des outils construits spécifiquement pour l’étude tels que des EVA pour les autres signes cliniques, et des indices spécifiques pour ce qui concerne l’évaluation de la douleur et de son intensité.

Chaque curiste disposait d’un tableau avec 4 niveaux de détente possibles, et devait cocher après les soins le degré de détente atteint. Le recueil de données a été réalisé par le médecin investigateur sur place à Saujon, puis par téléphone 6 semaines après puis 4 mois après.

 

Définition du lâcher-prise

Plus le monde actuel impose maîtrise, obligation de performance et d’organisation, plus le terme « lâcher-prise » est proposé comme moyen d’y faire face. Le lâcher-prise débute dans le corps. C’est une expérience physique de relâchement des tensions et de mise au repos des processus de défenses psychiques lorsqu’elles deviennent néfastes.

Cette étude a permis de définir le « lâcher-prise » comme l’atteinte d’une sensation de détente importante, voire engendrant l’endormissement pendant les soins d’hydrothérapie au moins 7 fois pendant la première ou la seconde moitié de cure (chacune de ces périodes comportant 9 jours de soins). A noter que 70 % des curistes ont ressenti cet état de détente. Le concept de « lâcher-prise » couvre également d’autres champs explorés en psychologie qui vont au-delà du simple accès à un niveau de détente élevé.

 

Selon Olivier Dubois, médecin psychiatre et Directeur des Thermes de Saujon « Il est fondamental dans notre univers centré sur la performance et l’organisation d’avoir accès à des espaces de totale vacuité où l’objectif est de solliciter à minima nos pensées. Notre objectif thérapeutique est que les curistes puissent se désencombrer d’un vécu trop lourd et réinitialiser une pensée plus libérée ».

 

Résultats de l'étude sur le lâcher-prise

 

L’analyse finale montre que :

  • Les patients n’ayant pu lâcher-prise ont une légère accentuation de leurs symptômes de 2 % au bout des 4 mois.
  • Les patients qui ont pu « lâcher-prise » seulement en 2è partie de cure ont été cliniquement améliorés au niveau de leur anxiété de 24 % à 4 mois.
  • Les patients qui ont pu « lâcher-prise » dès le début de leur cure ont vu leur perception de l’anxiété se réduire de 52 %, 4 mois après la cure.

 

Pour la première fois, il est montré à court terme que l’amélioration de l’anxiété, la tension intérieure, la sensation de bien-être, l’amélioration de la qualité du sommeil ressentie, est plus importante, et ce de façon statistiquement significative, pour les curistes ayant lâché prise pendant la cure.

Pour ces derniers l’amélioration est aussi plus importante à moyen terme. Ces résultats sont aussi à court terme en faveur d’un lien statistique entre le lâcher-prise et une diminution plus importante de la sensation douloureuse. L’âge, l’activité, l’antériorité des symptômes ne sont pas des facteurs qui influencent le degré de détente atteint pendant la cure.

Il est remarquable de constater que le seul signe qui ne semble pas s’améliorer pour le groupe n’ayant pas lâché prise, est la tension intérieure.

 

Conclusions de l'étude sur le lâcher-prise

Pour Docteur Olivier Dubois, « notre structure thermale à orientation psychosomatique réunit à Saujon les conditions favorables à la détente et au lâcher-prise des curistes. Ces résultats, qui confirment l’étude STOP TAG nous permettent de réfléchir également à des perspectives d’amélioration des conditions d’accueil, d’organisation et d’offre de prestations qu’il serait utile d’inclure dans le forfait « psy » pris en charge par l’assurance maladie, pour certains patients ».

 

www.thermes-saujon.fr

Contact presse:

Anne-Sophie NEGRONI - 06 60 54 49 47 – anne-sophie@negroni-associes.fr